Vous souhaitez investir ? Sélectionnez la région dans laquelle vous habitez.

Fermer la fenêtre
Suisse Romande Deutsche Schweiz

Quel est le rôle des associations de soutien?

Les associations de soutien en Europe ont été crées les unes après les autres dans divers pays, quelques années après la création d’Oikocredit en 1975, afin de soutenir les investissements "officiels" des Eglises à cette institution. Elles regroupent des membres bénévoles qui se sont donnés pour tâche la promotion d’Oikocredit International.

Oikocredit a deux associations de soutien en Suisse : Oikocredit Deutsche Schweiz et Oikocredit Suisse Romande. Les futurs investisseurs, privilégiant le français, sont invités à rejoindre l’association Suisse Romande. Cliquez sur votre région pour plus de renseignements sur la manière dont vous pouvez participer au sein de votre association locale de soutien.

Rechercher

Voyage d'étude

En tant qu'investisseur, vous pouvez postuler pour participer à un voyage d'étude dans le cadre duquel vous rencontrerez nos partenaires et pourrez apporter vos compétences professionnelles comme la photographie, la publicité ou la rédaction.

Impressions du président d'Oikocredit Suisse Romande

Eugène Roy, le président de notre comité a participé à une visite de projets au Sénégal, organisée par Oikocredit International. Il s'était déjà rendu dans cette région en 1987 pour DM échange et mission qui soutenait des coopératives agricoles durement frappées par la désertification du Sahel. Il se réjouit de l'amélioration apportée aux diverses communautés situées au nord de St Louis, par le gouvernement et diverses ONG dont Oikocredit. Il raconte...

En février dernier j'ai retrouvé un Sénégal différent 

de celui que j'avais rencontré il y a 25 ans. Les paysans ont à nouveau un peu de bétail que l'on aperçoit parsemé dans les grands espaces des steppes du nord. (En 1987  il avait fallu, en urgence, forer des puits jusqu'à 180 mètres de profondeur et pomper l'eau pour survivre. Les grands troupeaux de 500 vaches, en partie responsables de la sur-pâturation et de la désertification, avaient été complètement décimés par la sécheresse).

Ces dernières années des barrages ont été construits par le gouvernement sur le fleuve Sénégal et permettent aux villages qui le désirent d'irriguer leurs cultures.

Thilène le village qui a bénéficié d'un prêt d'Oikocredit a saisi cette opportunité.

Fin  2000 il a vécu une crise alimentaire plus sérieuse que d'habitude. La récolte de riz, alimentation de base, a été plus que maigre. La famine pointait son nez. Cultivé depuis des décades, le riz n'était alors semé que pendant la saison des pluies. Souvent de nouvelles pluies se faisaient attendre et les jeunes pousses mouraient de soif. D'autres fois, les pluies étaient trop abondantes et détruisaient une partie des plantations.

 Pour survivre, dans un premier temps, il a fallu, prendre des mesures conjointes. L'association a ainsi reçu à la fois le soutien d'une organisation sénégalaise OMVFS (mise en valeur du fleuve Sénégal) et du gouvernement hollandais via la  Dutch Water Management Authority.

Elle a aussi très vite pris conscience qu'elle n'arriverait pas à trouver en son sein assez de capitaux pour acheter les machines, outils et pompes nécessaires à l'exploitation moderne des futures terres irriguées qui se mettait en place. Il leur fallait chercher un nouvel investisseur. C'est ainsi qu'ils se sont approchés d' Oikocredit dont ils avaient entendu parler.

De manière générale, le village a une approche solidaire de la vie communautaire. Ils sont très fiers de ce qu'ils ont pu réaliser et se présentent comme un village de producteurs dont les enfants n'ont plus besoin de partir chercher du travail en ville.

Ils m'ont confié qu'Oikocredit « leur a apporté plus que de l'argent. Il leur a donné foi en eux-mêmes.... une sorte de capital de confiance ». A côté de la coopérative, les villageois se soucient du développement de leur village, de l'intégration des personnes âgées à qui on confie certaines tâches spécifiques,  des métiers artisanaux pratiqués pendant la saison sèche qui rendent le village autonome dans bien des domaines, etc. Le comité de l'association souligne l'importance de la sécurité et de l'autosuffisance alimentaire. Il l'analyse à la lumière d'une démographie qui grandit et réalise qu'il faudra augmenter un peu  les terres arables irrigables.

Particularités des cultures

Il y a, pendant la période de pluie d'août à décembre, et de février à juin, deux récoltes de riz avec, si nécessaire, des apports d'eau en complément (le riz est destiné pour 75 % à la consommation locale).Viennent ensuite les cultures vivrières de légumes pour la consommation propre ou pour la vente (oignons et tomates). De février à fin août le Sénégal produit assez d'oignons pour sa consommation propre et l'importation en est interdite.Les tomates sont produites pour trois usines locales de concentré destiné au marché intérieur. Pour cela les agriculteurs doivent semer des graines hybrides produisant des tomates de même grosseur !

Les terrains cultivables

se répartissent en deux champs  qui ont été aplanis par des bulldozers. L'un d'environ 150 ha est directement irrigué, par gravité, grâce à un canal connecté au fleuve Sénégal. L'autre (300ha) a été créé à 3,5km grâce à une prolongation de ce premier canal. Ce creusement a été réalisé par les villageois eux-mêmes qui se sont rendus compte des bénéfices que le premier terrain aménagé leur avait déjà rapportés. Toutefois une partie seulement de ces trois cents hectares a été aplanie. Pour l'instant, ils ont utilisé toutes leurs économies mais ont bon espoir d'arriver à leurs fins, en quelques années, avec l'aide des machines du gouvernement. Pour une partie du terrain, ils envisagent même d'irriguer au goutte à goutte avec des tuyaux plastiques; cette nouvelle technique ne les obligerait pas à niveler le terrain.

A relever que dix hectares ont été donnés de manière spécifique,  aux femmes du village. Une pratique nouvelle dans une société musulmane où la femme n'est pas sensée hériter un domaine.

Difficultés

Le service des eaux est géré par l'état. Il faut faire des entretiens périodiques et établir un équilibre au niveau des axes hydroliques. A Thilène, il faut curer régulièrement les canaux dont les rives s'affaissent. Les femmes réclament avec force une surface mieux aplanie afin de ne pas être obligées à creuser sans cesse de nouvelles rigoles vers leurs jardins individuels. Une clôture de ces derniers est aussi nécessaire pour éviter que chèvres et vaches qui s'échappent du troupeau ne viennent se servir !!! 

Les femmes

dans le village prennent une part importante dans la culture. Les gros travaux sont effectués par les homme, mais elles sont en général celles qui plantent et aident à la récolte. Elles jouent un rôle important dans la vie du village ; pour ce faire, elles se sont organisées en cinq groupes de 36 personnes. La culture de leurs petits jardins leur permet  d'avoir leur argent propre et d'améliorer l'éducation ou la santé de leurs enfants. Le village a six écoles primaires et une école secondaire à 5km, pour laquelle il faut payer un écolage.

Faits et chiffres clés de la coopérative d'Adu Thielène

receuillis par Ulrike Pfab et Eugène Roy ,février 2013

 Thielène compte 1.117 habitants dont environ 600 ont moins de 20ans.

AduThielène  soit : l'Association Des Usagers, ceux qui se préoccupent des ressources de et àThielène

  • établie au village de Thielène en 1960 (reconnue au niveau légal en 2002)
  • formée de plus de 300 membres ; chaque famille possède une parcelle à cultiver
  • constituée en association avec un comité bénévole
  • 2 employés (pompier et resp. de la sécurité)
  • production : riz, tomates, oignions, légumes etc.
  • action concertée  d'Oikocredit (et sous sa supervision) avec un  prêt de 23 millions XOF (approx. 36.000 €) et un don de la  Rabobank Foundation d'un montant identique.
  • Cette action concertée a permis :
    • d'acheter 6 “batteuses” (=15 millions) pour séparer le grain de la paille et 11  pompes pour l' irrigation
    • de clôturer les plantations pour empêcher l'accès du bétail
    • de construire un entrepôt pour le riz, les machines etc.
  • L'association a été mise en relation avec  Oikocredit par MacDelta (un autre partenaire d'Oikocredit). Le contrat entre Oikocredit et Adu Thielène s'est fait en moins d'une année.

 

Les personnes rencontrées

Mambaye Diofe, président de la coopérative(57) 

Amadou Kane, trésorier(63) kaneamad@yahoo.fr

Alioune Gueye, secrétaire (49)

Issa Guira Diofu, maire du village (61)

Guile Diol, présidente du groupe des femmes (50?)