Vous souhaitez investir ? Sélectionnez la région dans laquelle vous habitez.

Fermer la fenêtre
Suisse Romande Deutsche Schweiz

Quel est le rôle des associations de soutien?

Les associations de soutien en Europe ont été crées les unes après les autres dans divers pays, quelques années après la création d’Oikocredit en 1975, afin de soutenir les investissements "officiels" des Eglises à cette institution. Elles regroupent des membres bénévoles qui se sont donnés pour tâche la promotion d’Oikocredit International.

Oikocredit a deux associations de soutien en Suisse : Oikocredit Deutsche Schweiz et Oikocredit Suisse Romande. Les futurs investisseurs, privilégiant le français, sont invités à rejoindre l’association Suisse Romande. Cliquez sur votre région pour plus de renseignements sur la manière dont vous pouvez participer au sein de votre association locale de soutien.

Suisse Romande
Rechercher

Questions fréquentes sur le coronavirus

Information mise à jour le 2 avril 2020.

  • À quel point les opérations d’Oikocredit sont-elles affectées par le coronavirus ? Comment la coopérative gère-t-elle les risques liés à la pandémie ?

    Oikocredit poursuit ses activités en se concentrant particulièrement sur les processus clés. Dans le respect des directives gouvernementales et lorsque cela est possible, nos collaboratrices et collaborateurs travaillent à domicile. Nos réunions ont lieu par vidéoconférence et nous interagissons dans des espaces de travail numériques.

    Nous suivons de près l’évolution de la pandémie et sommes très réactifs. Nos plans d’urgence sont en place pour faire face aux problèmes opérationnels majeurs.

    Nous avons mis sur pied des groupes dédiés comprenant des membres du directoire d’Oikocredit et des spécialistes internes chargés du suivi :

    • de l’état de nos prêts et participations chez nos partenaires en Afrique, Asie et Amérique latine ;
    • des questions et préoccupations de nos membres et investisseurs, y compris au sujet des flux d’investissement et de rachat ;
    • de notre portefeuille d’investissements à terme et autres liquidités ;
    • des conséquences de la pandémie, y compris son impact sur le bien-être et l’efficacité de nos collaboratrices et collaborateurs dans le monde.

    Investissements chez nos partenaires

    Partout dans le monde, le personnel d’Oikocredit travaille en étroite collaboration avec plus de 600 organisations pour évaluer la situation de chaque partenaire et pour leur apporter un soutien à tous les niveaux, par exemple pour la continuité opérationnelle et le plan de liquidité. Les discussions avec nos partenaires se déroulent à distance, par exemple par téléphone.

    Par ailleurs, Oikocredit échange avec d’autres investisseurs à impact social afin de trouver une réponse commune à ce défi.

    Grâce à ces mesures, nous nous efforçons de continuer de remplir notre mission en soutenant nos partenaires et les personnes à faible revenu qu’ils/elles servent à un moment où le besoin d’aide est encore plus grand.

    En parallèle, afin de protéger l’argent de nos membres et investisseurs, nous évaluons l’impact éventuel sur la valeur de notre portefeuille de financement du développement.

    En raison de la nature de celui-ci (prêts et participations) et du nombre de partenaires avec lesquel·le·s nous travaillons (plus de 600 partenaires dans plus de 60 pays), l’évaluation de l’impact financier prendra du temps. L’évolution rapide de la crise du coronavirus entraînera une mise à jour régulière de cette évaluation.

    Membres et investisseurs

    Nos lignes restent ouvertes aux investisseurs, notamment via nos associations de soutien et nos bureaux nationaux. Oikocredit et son réseau restent à l’écoute pour connaître l’évolution dans chacun des pays où nous avons des investisseurs et pour discuter des préoccupations qu’ils/elles peuvent avoir selon le contexte local.

    Investissements à terme et autres liquidités d’Oikocredit

    Les spécialistes en trésorerie d’Oikocredit surveillent les actifs que nous conservons pour la gestion des liquidités. Fin 2019, nous disposions d’une généreuse réserve de liquidités équivalant à 19 % du total des actifs. La moitié de nos liquidités est constituée du portefeuille des investissements à terme. Il s’agit d’un portefeuille d’obligations liquides jouissant d’une cote de crédit élevée, qui sont négociées sur les marchés publics. Grâce à cela, ces obligations sont moins vulnérables aux fluctuations des marchés financiers.

    Collaboratrices et collaborateurs d’Oikocredit

    La santé et la sécurité de nos collaboratrices et collaborateurs restent une priorité absolue pour nous. En tant qu’organisation mondiale, nous respectons les directives de santé publique émises par les autorités des pays où nous travaillons.

    Autant que faire se peut, nos collaboratrices et collaborateurs travaillent à la maison et limitent leurs déplacements. Comme la plupart d’entre elles et eux pouvaient déjà travailler à domicile, nous disposons d’une bonne infrastructure qui leur permet de poursuivre leur travail à distance grâce à des outils numériques.

  • Dans quelle mesure les partenaires d’Oikocredit et leurs client·e·s sont-ils/elles affecté·e·s par le coronavirus ?

    Celles et ceux d’entre nous qui travaillent en étroite collaboration avec nos partenaires suivent de près la situation locale.

    Nous avons contacté nos plus de 600 partenaires et des réunions se tiennent à distance (par exemple par téléphone) avec chacun d’eux/elles pour comprendre dans quelle mesure ils/elles sont et seront potentiellement affecté·e·s par le coronavirus. À partir de là, nous évaluerons le soutien qu’Oikocredit pourra offrir et mesurerons ce dont chaque partenaire a besoin puis nous déciderons d’un plan d’action approprié et durable.

    Nous pouvons, par exemple, présenter le plan de continuité opérationnelle aux partenaires qui n’en bénéficient pas et leur proposer des modèles d’évaluation et d’atténuation des risques. 

    Nous suivons de près l’évolution de la situation, mais il est trop tôt pour avoir une idée des conséquences financières globales du coronavirus sur nos marchés et en mesurer l’impact sur nos partenaires et leur pérennité financière. Il ne s’agit pas seulement d’Oikocredit : c’est un défi auquel le monde entier est confronté.

    Il est cependant probable que les communautés à faible revenu avec lesquelles nos partenaires travaillent seront grandement affectées par la pandémie et ses conséquences. De ce fait, nous pensons que nos partenaires et les personnes à faible revenu qu’ils/elles servent auront besoin d’un soutien supplémentaire.

    Oikocredit veut être là pour offrir à nos partenaires le soutien durable et précieux dont ils/elles ont besoin pour poursuivre leur travail et continuer de soutenir les personnes à faible revenu.

    Pour ce faire, Oikocredit s’appuie sur ses membres et investisseurs : toute notre reconnaissance leur est acquise pour leur engagement et leur fidélité, en particulier pendant cette période d’incertitude.

  • Le dernier rapport annuel d’Oikocredit mentionne la proposition par le conseil d’administration d’un dividende de 1 % pour 2019. Du fait du coronavirus, la Banque centrale européenne demande maintenant aux banques de ne pas verser de dividendes. La propos

    Le 3 mars 2020, le conseil d’administration d’Oikocredit, avec le soutien du conseil de surveillance, a pris la décision de proposer un dividende de 1 % pour 2019, sur la base des résultats financiers de l’année écoulée.

    Cette proposition a été décidée avant que des mesures drastiques ne soient prises par les gouvernements du monde entier en réponse à la propagation rapide du coronavirus et avant que la Banque centrale européenne ne fasse sa recommandation aux banques le 27 mars 2020 [1]. Suite à cette recommandation, certaines banques ont décidé de ne pas verser de dividendes pour 2019 afin de permettre une plus grande flexibilité dans l’accompagnement des client·e·s pendant la crise du coronavirus. [2]

    Compte tenu de ces circonstances exceptionnelles et bien qu’Oikocredit ne soit pas une banque, le conseil d’administration se réserve la possibilité d’évaluer s’il est dans l’intérêt de la coopérative, de ses membres et des investisseurs, de verser un dividende de 1 % pour 2019.

    Comme pour la fixation annuelle de l’opportunité et du montant du dividende, le conseil d’administration tiendra compte de toutes les circonstances avec l’objectif ultime d’assurer la continuité de la coopérative. Oikocredit tiendra compte de sa situation financière actuelle, de l’impact attendu du coronavirus sur son portefeuille de financement du développement et de la nécessité de protéger la valeur liquidative des actions d’Oikocredit.

    L’appréciation du conseil d’administration pourrait conduire à un ajustement de la proposition de dividende décidée début mars. Le cas échéant, l’ajustement sera proposé aux membres d’Oikocredit qui prendront la décision lors de l’Assemblée générale annuelle prévue en juin 2020.

    Si la proposition de dividende change, les investisseurs et les membres seront informés par Oikocredit dans les meilleurs délais avant l’AG annuelle.

  • Dans quelle mesure pensez-vous que le coronavirus affectera Oikocredit sur le long terme ?

    Il est encore trop tôt pour évaluer pleinement l’impact du coronavirus sur nos activités. Cependant, nous avons déjà connu une croissance un peu plus lente en 2019 (pour plus de détails, voir notre rapport annuel 2019) et comme nous nous concentrons maintenant sur le soutien à nos partenaires actuel·le·s, nous nous attendons à ce que les objectifs de croissance fixés pour 2020, tels que définis dans notre stratégie 2018-2022, ne soient pas atteints.

    En effet, comme nos collaboratrices et collaborateurs se concentrent sur le soutien de nos plus de 600 partenaires existant·e·s, ils/elles ont moins de temps et de possibilités de se consacrer à des prêts ou à des investissements chez de nouveaux partenaires. Chaque nouveau partenaire doit faire l’objet d’une vérification de due diligence, qui implique systématiquement une visite sur place. Or, les visites sur place ne sont pas possibles actuellement en raison des restrictions de voyage et des mesures de distanciation sociale.

    Nos résultats financiers à moyen terme devraient être affectés du fait de la baisse de la croissance du portefeuille et de l’augmentation des risques. Cependant, il n’est pas encore possible d’évaluer pleinement l’impact et toute évaluation devra être réexaminée en fonction de l’étendue et de la durée de la crise du coronavirus dans les pays et les régions où nous travaillons.