Vous souhaitez investir ? Sélectionnez la région dans laquelle vous habitez.

Fermer la fenêtre
Suisse Romande Deutsche Schweiz

Quel est le rôle des associations de soutien?

Les associations de soutien en Europe ont été crées les unes après les autres dans divers pays, quelques années après la création d’Oikocredit en 1975, afin de soutenir les investissements "officiels" des Eglises à cette institution. Elles regroupent des membres bénévoles qui se sont donnés pour tâche la promotion d’Oikocredit International.

Oikocredit a deux associations de soutien en Suisse : Oikocredit Deutsche Schweiz et Oikocredit Suisse Romande. Les futurs investisseurs, privilégiant le français, sont invités à rejoindre l’association Suisse Romande. Cliquez sur votre région pour plus de renseignements sur la manière dont vous pouvez participer au sein de votre association locale de soutien.

Suisse Romande
Rechercher

Chiffres clés du 4ème trimestre 2020 : La démonstration de notre résilience

Chiffres clés du 4ème trimestre 2020 : La démonstration de notre résilience

faits et chiffres q4.pngmardi 30 mars 2021

Quatre fois par an, Oikocredit publie les chiffres clés du trimestre précédent. Nous détaillons ici, à destination de nos investisseurs et des personnes intéressées, des informations supplémentaires sur les faits marquants du 4ème trimestre de 2020.

Gérer le Covid-19 et l’incertitude économique

Les effets de la pandémie de coronavirus (Covid-19) ont continué d’être multiples au 4ème trimestre de 2020. Certains pays ont connu un semblant de reprise économique, malgré les « secondes vagues » de la pandémie et les nouveaux confinements. Néanmoins l’incertitude économique demeure partout. Oikocredit a clôturé l’année avec un sentiment de gratitude envers ses membres et investisseurs pour leur fidélité : nous sommes heureux d’avoir apporté solidarité et soutien à nos partenaires et nous croyons en la robustesse de notre modèle économique.

Durant ce 4ème trimestre, nous avons travaillé et soutenu 563 partenaires dans 63 pays d’Afrique, Asie, Amérique latine et Caraïbes[1]. Le portefeuille de financement du développement a reculé de 1,3 % à 845,1 millions d’euros. Ce recul a été beaucoup plus faible qu’au 3ème trimestre mais il reflète le fait que de nombreux partenaires ont remboursé leurs prêts au cours du trimestre. Il traduit également la prudence que nous avons observée dans l’octroi de nouveaux prêts aux partenaires existants et nouveaux (malgré une augmentation au 3ème trimestre de 143 millions d’euros à 243 millions d’euros) ainsi que les effets de change avec l’appréciation de l’euro et, dans une moindre mesure du dollar américain, par rapport aux monnaies locales.

Nous avons continué d’accorder un rééchelonnement du remboursement aux partenaires en difficulté. Heureusement, alors que nous nous attendions à ce qu’ils aient à affronter des difficultés persistantes, beaucoup ont pu revenir au calendrier initial de remboursement. À la fin de l’année, seuls 69 partenaires, avec des prêts représentant 20,5 % de la valeur totale du portefeuille de prêts, avaient encore besoin de délais de paiement. Notre indicateur le plus probant de la qualité du portefeuille, le PAR 90 (part des encours en impayé de plus de 90 jours), s’est légèrement détérioré de 6,9 % à 5,8 %.

Oikocredit a enregistré une perte nette au cours du trimestre, portant le déficit total de l’année à 22,2 millions d’euros alors que le résultat net en 2019 avait atteint 14,3 millions d’euros. Ce résultat est conforme à nos attentes et aux précédentes communications faites à nos membres et investisseurs et reflète la décision que nous avons prise de protéger notre capital lorsque le coronavirus a frappé pour la première fois. Notre ratio de liquidité a légèrement augmenté au 4ème trimestre de 31,9 % à 33,1 % de nos actifs, une hausse beaucoup plus faible qu’au trimestre précédent. Nous considérons donc les résultats annuels comme satisfaisants compte tenu des événements extraordinaires de l’année écoulée.

Fidélité et engagement des membres et investisseurs

Malgré l’incertitude économique, le soutien sans faille de nos membres et investisseurs a été d’une importance cruciale. Le capital total, qui comprend les demandes d’émission et de rachat reçues jusqu’à fin novembre 2020, a diminué de 2,4 % passant de 1131,7 millions d’euros au 3ème trimestre à 1104,1 millions d’euros, un recul cependant plus faible que celui auquel on aurait pu s’attendre étant donné le contexte économique général. La valeur nette de l’actif par action a très légèrement reculé, passant de 210,54 € au 3ème trimestre à 210,50 € et marquant en quelque sorte un retour à la stabilité. Sur l’ensemble de l’année elle a baissé de 1,8 % : elle était de 214,41 € en 2019.

Des mesures rapides préservent le modèle économique

Le maintien de l’approche adoptée par Oikocredit dans les premiers mois de la crise a permis de garantir la solidité de notre modèle économique au 4ème trimestre. Nous avons maintenu des contacts étroits, en ligne et au téléphone, avec nos partenaires. En plus de la mise en place d’un refinancement et d’un rééchelonnement du remboursement en cas de besoin, nous avons utilisé notre fonds de solidarité contre le coronavirus pour aider 38 partenaires dans 19 pays auquels nous avons procuré des aides d’urgence tout au long de l’année. Nous avons dispensé à de nombreux partenaires un soutien et une formation à la gestion de crise ainsi que des webinaires réguliers, qui ont été particulièrement appréciés. Nous sommes également heureux d’avoir pu, malgré le Covid-19, maintenir nos programmes de renforcement des capacités en 2020 pour un montant de 0,7 million d’euros stable par rapport à 2019. Ces programmes ont été dispensés à 71 partenaires actuels et potentiels dans 26 pays.

Au 4ème trimestre comme plus tôt en 2020, nous avons particulièrement veillé au bien-être de nos collaborateurs, d’Amersfoort et de nos bureaux régionaux, qui continuaient à travailler à domicile. L’engagement de nos collaborateurs, tout comme notre réorganisation en 2019, nous ont aidés à réagir rapidement et efficacement face à la pandémie, et les coûts ont été maîtrisés.

Perspectives d’avenir

Sur la base de la perte de 2020 et des perspectives financières à moyen terme, le Directoire, appuyé par le Conseil de Surveillance, proposera à l’Assemblée Générale de juin 2021 de n’attribuer aucun dividende pour 2020 afin de protéger les réserves et le capital de Oikocredit et d’aider les partenaires à relancer leurs activités après la pandémie.

L’année à venir sera difficile, et ce malgré les signes de reprise économique constatés dans certains des pays d’intervention de Oikocredit. Des événements extérieurs imprévus peuvent avoir un impact sur nos ambitions, mais nous prévoyons néanmoins une reprise globale au second semestre de 2021. La coopérative travaille avec les parties prenantes pour préparer une nouvelle stratégie pluriannuelle ciblée qui sera lancée en 2022. Notre modèle, qui consiste à fournir un soutien étroit aux partenaires et à procurer des rendements financiers et sociaux aux membres et investisseurs, s’est avéré durable. Étant donné que le Covid-19 a non seulement un impact sur la santé humaine et les moyens de subsistance, mais a également inversé le recul, observé ces dernières années, de la pauvreté et des inégalités dans le monde, en particulier pour les femmes et les petites filles, la mission de Oikocredit reste plus importante que jamais. Nous sommes déterminés à sortir de cette crise plus forts afin de soutenir l’autonomisation durable des personnes à faible revenu dans les pays du sud.

Plus d’informations seront disponibles dans le Rapport Annuel 2020 de Oikocredit qui sera publié mi-avril 2021.



[1]  Dans notre rapport du 3ème trimestre, nous avons signalé qu’au 30 septembre 2020 nous avions travaillé avec et soutenu 689 partenaires dans 65 pays. Nous avons remarqué que la façon dont nous comptions les partenaires dans les rapports trimestriels précédents (qui incluaient des partenaires avec des prêts approuvés, mais pas encore décaissés) n’était pas conforme à la méthode utilisée dans notre rapport annuel (qui exclut les partenaires avec des prêts approuvés, mais pas encore décaissés). Nous avons maintenant aligné la façon dont nous comptons les partenaires dans les rapports trimestriels avec la méthode utilisée dans le rapport annuel. En appliquant la méthode de comptage du rapport annuel, nos partenaires au troisième trimestre se sont élevés à 604.

Linked documents
TitreFilesizeMIME-type
FR Oikocredit Q4-2020507.2 kBapplication/pdftélécharger

« Retour