Vous souhaitez investir ? Sélectionnez la région dans laquelle vous habitez.

Fermer la fenêtre
Suisse Romande Deutsche Schweiz

Quel est le rôle des associations de soutien?

Les associations de soutien en Europe ont été crées les unes après les autres dans divers pays, quelques années après la création d’Oikocredit en 1975, afin de soutenir les investissements "officiels" des Eglises à cette institution. Elles regroupent des membres bénévoles qui se sont donnés pour tâche la promotion d’Oikocredit International.

Oikocredit a deux associations de soutien en Suisse : Oikocredit Deutsche Schweiz et Oikocredit Suisse Romande. Les futurs investisseurs, privilégiant le français, sont invités à rejoindre l’association Suisse Romande. Cliquez sur votre région pour plus de renseignements sur la manière dont vous pouvez participer au sein de votre association locale de soutien.

Suisse Romande
Rechercher

Des Rêves de caféiers

Des Rêves de caféiers

CHAJU-GT-116.jpg23 mars | 2021

La récolte s’annonce bonne pour les caféiculteur·rice·s membres de la coopérative Chajul au Guatemala. L’Asociación Chajulense Va'l Vaq Quyol (Chajul) a des certifications biologiques et Fairtrade et est toujours là lorsque les membres ont besoin de soutien. Chajul est l’une des plus anciennes organisations partenaires d’Oikocredit, et un bon exemple de solidarité et de durabilité.

Le caféiculteur Domingo Medina Zacharias rêve de planter de nouveaux caféiers, ceux qui résistent à des maladies comme la rouille du caféier. Mais ce n’est pas si simple. Son terrain de 0,8 hectare offre peu d’espace pour de nouveaux arbres. Même s’il pouvait se permettre d’acheter de nouveaux caféiers avec le soutien de Chajul dont il est membre depuis l’âge de 30 ans, il devrait enlever les vieux arbres et attendre trois ans pour tirer une première récolte des nouveaux. Comment pourrait-il tout ce temps faire vivre sa famille ? Parmi les 1 300 producteurs de café des hautes terres du Guatemala qui se sont regroupés au sein de la coopérative de Chajul, ils sont nombreux à ressentir la même chose.

Une vie meilleure dans la coopérative

Grâce au travail de Chajul, Domingo Medina Zacharias gagne encore assez pour que sa famille puisse joindre les deux bouts. Il y a plus de vingt ans, il a commencé à produire du café en plus des aliments de base régionaux que sont les haricots et le maïs, afin d’améliorer ses revenus. Parlant des avantages d’être membre de la coopérative, il dit : « Je reçois un soutien technique pour m’aider à mieux produire. Je peux obtenir un prêt pour acheter des plants et la coopérative paie un bon prix pour le café. »

Chajul ne traite et commercialise que du café biologique de haute qualité et a été certifié selon les normes du commerce équitable dès 1992. L’assemblée générale de l’organisation décide de la manière dont les primes Fairtrade sont dépensées. Domingo Medina Zacharia déclare : « Soixante-quinze pour cent des primes nous sont versées directement, les vingt-cinq pour cent restants sont utilisés pour l’assistance technique pour améliorer les caféiers et le sol, et pour nous fournir des pompes à engrais liquide. “Chajul investit également dans des plantations modèles pour voir quels plants de café se développent le mieux dans les conditions du changement climatique et sont particulièrement résistants. Une partie de la prime Fairtrade a été utilisée pour acheter des séchoirs écologiques à énergie solaire.

CHAJU-GT-123.jpg

La mission de Chajul est portée dans son nom : Asociación Chajulense Va'l Vaq Qujol. Va'l Vay Quyol traduit de la langue Ixil par ‘Ensemble avec une seule voix’. Chajul travaille au sein de la communauté Ixil. Dans la région montagneuse du nord-ouest du Guatemala, des milliers de personnes ont été tuées, torturées ou ont disparu au cours du violent conflit entre l’armée, les guérilleros de gauche et les escadrons de la mort entre 1960 et 1996. Les victimes étaient principalement des membres de la population autochtone Ixil, descendants des Mayas.

Travailler le sol sans violence

Les agriculteurs de Chajul suivant une maxime traditionnelle maya : « Travailler le sol sans violence ». Cette vision oriente toute l’organisation de la coopérative.

De la production à l’exportation, la coopérative veille à ce que toutes les pratiques de travail soient respectueuses de l’environnement, et équitables d’un point de vue économique, social et culturel. Grâce aux revenus provenant des exportations de café, Chajul soutient les communautés locales avec des projets de réduction de la pauvreté, tels que des programmes éducatifs, une formation en gestion environnementale ou l’amélioration des processus de production de café. Des membres et des jeunes des communautés locales gèrent La Posada, une maison d’hôtes écologique pour touristes et visiteurs.

CHAJU-GT-144.jpg

Même maintenant, pendant la pandémie de coronavirus, Chajul continue son travail. Au cours de la période de confinement la plus difficile du printemps 2020, le personnel travaillait à domicile et les communautés des membres ont été livrées en provisions. La récolte actuelle s’annonce bonne. La coopérative espère traiter et vendre au moins 10 000 sacs de café de 46 kg chacun. Cela correspond à un revenu estimé à 2 millions d’euros.

Chajul implique aussi beaucoup les femmes dans tous les domaines de travail. L’organe directeur se compose de membres réélus tous les trois ans lors de l’assemblée générale. Ses membres, pour la plupart Ixil, vivent dans 56 communautés des régions de Chajul, Nebaj, Cotzal et Chiantla. Ils produisent principalement du café (avec 1 300 producteurs de café), mais aussi du miel et de l’artisanat.

La situation financière de l’organisation est solide. Elle vient de rembourser un prêt de Oikocredit pour le préfinancement des exportations et un nouveau prêt est en cours. Chajul est l’une des plus anciennes organisations partenaires d’Oikocredit. En 1990, Oikocredit a approuvé le premier prêt de Chajul d’un montant de 280 000 dollars US alors qu’aucune banque conventionnelle n’était disposée à prêter un seul quetzal à l’initiative des 40 producteurs de café qui avaient fondé l’organisation en 1988.

« Retour