Vous souhaitez investir ? Sélectionnez la région dans laquelle vous habitez.

Fermer la fenêtre
Suisse Romande Deutsche Schweiz

Quel est le rôle des associations de soutien?

Les associations de soutien en Europe ont été crées les unes après les autres dans divers pays, quelques années après la création d’Oikocredit en 1975, afin de soutenir les investissements "officiels" des Eglises à cette institution. Elles regroupent des membres bénévoles qui se sont donnés pour tâche la promotion d’Oikocredit International.

Oikocredit a deux associations de soutien en Suisse : Oikocredit Deutsche Schweiz et Oikocredit Suisse Romande. Les futurs investisseurs, privilégiant le français, sont invités à rejoindre l’association Suisse Romande. Cliquez sur votre région pour plus de renseignements sur la manière dont vous pouvez participer au sein de votre association locale de soutien.

Suisse Romande
Rechercher

Protéger les petits agriculteurs et renforcer leur résilience

Protéger les petits agriculteurs et renforcer leur résilience

Ging Ledesma12 juillet | 2021

Avec la menace qui pèse sur le secteur agricole et la sécurité alimentaire, les communautés à faible revenu se retrouvent dans des situations difficiles. Ging Ledesma, directrice de la performance sociale et de l’innovation chez Oikocredit, aborde ces problèmes et nous expose la réponse apportée par Oikocredit et d’autres organisations avec le Smallholder Safety Net Upscaling Program (SSNUP).

Quels sont les problèmes affrontés par les petits exploitants agricoles qui ont conduit à la création du Smallholder Safety Net Upscaling Programme (SSNUP) ?

Près de 80 % des pauvres dans le monde, parmi lesquels 500 millions de petits exploitants agricoles, vivent dans des zones rurales. Par ailleurs, la croissance dans le secteur agricole est deux à quatre fois plus efficace pour réduire la pauvreté que celle générée par les autres secteurs ; malgré tout, les petits agriculteurs sont confrontés à de nombreux défis. Ils sont notamment vulnérables face à la volatilité des prix et n’ont accès ni aux ressources, ni à la technologie, ni aux intrants, ni à la finance, ni aux connaissances, ni aux marchés.

SSNUP interview 1

Près de 80 % des pauvres dans le monde, parmi lesquels 500 millions de petits exploitants agricoles, vivent dans des zones rurales.

De plus, les effets du changement climatique sont de plus en plus évidents. Des communautés rurales sont inondées du fait de la montée du niveau de la mer et ces zones agricoles se transforment en paysages côtiers, tandis que d’autres régions deviennent arides en raison d’une sécheresse prolongée. Privés de leurs moyens de subsistance, nombreux sont ceux qui sont obligés de migrer vers les villes.

La sécurité alimentaire est massivement menacée. Si nous ne trouvons pas de solutions maintenant, il sera bientôt trop tard. Si nous voulons préserver la sécurité alimentaire et combattre la propagation de la pauvreté rurale, il est essentiel d’aider les petits agriculteurs à accroître significativement leur productivité, leurs revenus et leur résilience tout en leur faisant adopter des pratiques plus durables d’agriculture. C’est la raison pour laquelle le SSNUP existe.

Qu’est-ce que le SSNUP et comment va-t-il protéger les petits agriculteurs ?

Le SSNUP est un projet qui réunit cinq grands investisseurs à impact, dont Oikocredit, afin de remédier aux insuffisances de productivité, de revenus et de résilience des petits agriculteurs. Il s’agit d’un programme sur 10 ans doté d’un budget global de 55 millions d’euros et destiné à améliorer durablement les transactions commerciales entre les petits agriculteurs et les acteurs du marché de la chaîne de valeur agricole responsable, en agissant principalement sur l’égalité des sexes et la création d’emplois.

Les investisseurs à impact utiliseront leur expertise locale et leurs capitaux pour consolider et renforcer les filets de sécurité de 10 millions de foyers de petits exploitants en Afrique, en Asie et en Amérique latine. Les initiatives de ce projet atteindront près de 50 millions de personnes à faible revenu et très vulnérables et seront réparties en trois phases. La contribution de Oikocredit à la première phase, qui a été approuvée en janvier de cette année, se concentrera sur la gestion des risques de prix et sur l’assurance contre les intempéries.

Au-delà de la promotion des chaînes de valeur agricoles, le SSNUP apportera des contributions importantes et durables à sept des Objectifs de développement durable (ODD) : pas de pauvreté (ODD1), éradication de faim (ODD2), égalité entre les sexes (ODD 5), travail décent et croissance économique (ODD8), consommation et production responsables (ODD12), mesures relatives à la lutte contre les changements climatiques (ODD13) et vie terrestre (ODD15).

Des communautés rurales sont inondées du fait de la montée du niveau de la mer et ces zones agricoles se transforment en paysages côtiers, tandis que d’autres régions deviennent arides en raison d’une sécheresse prolongée. Privés de leurs moyens de subsistance, nombreux sont ceux qui sont obligés de migrer vers les villes.

SSNUP interview 2

Qui est impliqué dans ce programme ?

Coordonné par l’ADA (Appui au Développement Autonome), le programme a été développé par la Direction suisse du développement et de la coopération et la Direction luxembourgeoise de la coopération au développement et de l’action humanitaire, en collaboration avec Lux-Development. Outre Oikocredit, quatre autres grands investisseurs à impact sont impliqués : la Fondation Grameen Crédit Agricole, Incofin, ResponsAbility et Symbiotics. Le programme s’appuie sur l’expertise et l’expérience d’investisseurs à impact travaillant déjà dans les régions d’intervention du projet.

En quoi le SSNUP est-il unique ?

D’une part, sont réunis pour ce projet cinq des plus grands investisseurs à impact dont les actifs sont évalués entre 92 millions et 3,5 milliards d’euros et qui investissent entre 10 et 100 % de leurs portefeuilles dans l’agriculture. Le fait que nous nous intéressions tous aux petits exploitants agricoles dans ce type d’environnement est nouveau et nous permet de penser et d’agir de manière ambitieuse. Il s’agit également de travailler ensemble pour développer un projet innovant qui aidera les petits agriculteurs à devenir plus forts et plus résilients.

Pourquoi Oikocredit participe-t-elle au programme ?

Notre cœur bat pour l’agriculture. Depuis son origine, Oikocredit compte au cœur de ses préoccupations l’agriculture durable, l’augmentation de la productivité et l’amélioration des conditions de vie des petits exploitants agricoles. Il s’agit d’un défi majeur en raison des différences de contextes et de la volatilité de ce secteur. Nous savons que la majorité des personnes frappées par la pauvreté vivent dans des zones rurales/agricoles et que ce secteur ne reçoit pas le soutien dont il a besoin. Les régions rurales sont aussi celles qui souffrent le plus des effets du changement climatique. Donc, si nous voulons que les gens sortent durablement de la pauvreté, nous devons renforcer leur résilience.

Nous avons été immédiatement séduits par le SSNUP lorsque nous avons appris que l’objectif était d’étendre le filet de sécurité pour les petits agriculteurs grâce à l’assurance, à l’agriculture intelligente face au climat, à l’accès au financement, aux nouvelles technologies et aux formations pour leur prise en main. Nos experts en gestion de l’impact social, en renforcement des capacités et en agriculture travailleront sur le programme. Nous avons deux espoirs : lorsque le travail des partenaires agricoles sera plus stable, nous aurons la possibilité d’élargir notre portefeuille agricole. Dans le même temps, les partenaires devenus plus forts seront plus attrayants et plus facilement accompagnés par des créanciers autres que Oikocredit. On sait depuis longtemps que les petits agriculteurs du monde entier ont besoin de beaucoup plus de soutien, d’un accès aux marchés et aux ressources ainsi que d’un partage équitable des bénéfices dans les chaînes de valeur. 

Découvrez comment Oikocredit prévoit d’aider le SSNUP à atteindre son objectif avec une « assurance contre les intempéries » et découvrez quelles organisations partenaires ont été sélectionnées pour cette initiative, dans la deuxième partie de cet entretien (en anglais sur le site international de Oikocredit).

Cet entretien a été mené par Marion Wedegärtner de l’association de soutien Oikocredit Allemagne de l’ouest

« Retour