Vous souhaitez investir ? Sélectionnez la région dans laquelle vous habitez.

Fermer la fenêtre
Suisse Romande Deutsche Schweiz

Quel est le rôle des associations de soutien?

Les associations de soutien en Europe ont été crées les unes après les autres dans divers pays, quelques années après la création d’Oikocredit en 1975, afin de soutenir les investissements "officiels" des Eglises à cette institution. Elles regroupent des membres bénévoles qui se sont donnés pour tâche la promotion d’Oikocredit International.

Oikocredit a deux associations de soutien en Suisse : Oikocredit Deutsche Schweiz et Oikocredit Suisse Romande. Les futurs investisseurs, privilégiant le français, sont invités à rejoindre l’association Suisse Romande. Cliquez sur votre région pour plus de renseignements sur la manière dont vous pouvez participer au sein de votre association locale de soutien.

Suisse Romande
Rechercher

Célébrez la Journée internationale du café en buvant une tasse de café durable !

Célébrez la Journée internationale du café en buvant une tasse de café durable !

Jose Augusto Cordón, Oikocredit’s Senior Investment Officer in Central America01 octobre | 2021

La Journée internationale du café a lieu chaque 1er octobre. Cette journée est l’occasion d’apprécier le dur labeur des producteur·trices de café du monde entier et de redoubler d’efforts pour leur assurer un revenu équitable en contrepartie de leurs efforts. Il n’y a pas de meilleur jour pour boire une tasse de café durable et équitable avec ses amis et sa famille !

Cet article est basé sur les informations fournies par Jose Augusto Cordón, responsable des investissements de Oikocredit en Amérique centrale, basé à Guatemala City.

Le café serait originaire des anciennes forêts des hauts plateaux éthiopiens, où ses propriétés énergisantes ont été découvertes par un éleveur de chèvres local. La culture et la consommation de café se sont répandues en Afrique du Nord et au Moyen-Orient aux 15e et 16e siècles, puis en Asie du Sud et du Sud-Est et enfin en Amérique centrale et en Amérique du Sud. Au XVIIe siècle, les Européens ont découvert les joies de la consommation de café, les cafés devenant populaires parmi les classes moyennes urbaines. Malheureusement, l’expansion mondiale de la production de café était souvent liée au colonialisme et à l’esclavage, et de mauvaises conditions persistent aujourd’hui dans certaines chaînes d’approvisionnement en café.

Heureusement, il existe de nombreuses initiatives visant à améliorer les conditions de travail des petites exploitantions de café. Oikocredit finance les coopératives de café qui s’engagent à pratiquer des prix équitables pour leurs membres, et en particulier celles qui versent des primes pour une haute qualité et des certifications.

La chaîne de valeur du café

Le café est produit à partir des fruits des arbustes de la famille des Rubiacées, qui sont aujourd’hui largement cultivés dans les régions tropicales d’Afrique, d’Asie, d’Amérique latine et des Caraïbes — la « coffee bean belt ». Les variétés les plus courantes et les plus connues sont l’Arabica (Coffea arabica) et le Robusta (Coffea canephora). L’Arabica, généralement cultivé à des altitudes plus élevées, est communément considéré comme étant de meilleure qualité et plus complexe en termes d’arôme et de goût, mais c’est une plante plus délicate et plus difficile à cultiver que le Robusta. Les pays d’Amérique latine comme le Brésil, la Colombie, le Costa Rica et le Guatemala sont réputés pour leur café de bonne qualité.

La production de café commence par la culture des caféiers et la récolte des cerises, qui sont les fruits de l’arbuste. Vient ensuite le traitement qui consiste à enlever l’enveloppe extérieure ou la pulpe, le mucilage (une couche collante et sucrée qui entoure le grain), la couche intérieure protectrice de cellulose « la parche », et enfin la peau la plus interne, appelée pellicule argentée. Quatre méthodes différentes de traitement sont utilisées. Le traitement traditionnel consiste à laisser les cerises sécher au soleil et fermenter naturellement, puis à les moudre pour en retirer les couches extérieures. Le traitement par voie humide, la méthode la plus courante aujourd’hui, consiste à séparer l’enveloppe de la fève, à faire tremper et fermenter les fèves dans l’eau, puis à laver les fèves et à les sécher. Le semi-lavé et le « Honey » combinent des éléments des deux autres méthodes.

Certains petits producteurs de café se chargent de la transformation en utilisant des machines artisanales. Mais de nombreux agriculteur·trices sont organisé·es en coopératives et livrent leurs cerises ou leur café en parche à la coopérative, qui utilise des machines plus sophistiquées pour traiter les grains à plus grande échelle. Après le traitement initial, les grains de café sont torréfiés afin de concentrer les sucres naturels pour la saveur.

Au-delà de l’exploitation agricole, la chaîne de valeur du café s’étend des transformateurs, torréfacteurs, commerçants et exportateurs aux importateurs, marques de café et points de vente tels que les cafés, les détaillants spécialisés, les supermarchés, les lieux d’accueil et les réseaux de solidarité. La plupart des grains de café sont vendus à l’échelle internationale, soit directement aux torréfacteurs, soit à des intermédiaires qui achètent pour revendre aux torréfacteurs. Au niveau national, un petit nombre de coopératives de producteur·trices ont leurs propres marques ou torréfient leur café pour les marchés locaux.

Comme dans la plupart des productions de matières premières, les agriculteur·trices qui cultivent le café sont principalement de petits exploitants. Ils sont donc des « preneurs de prix », incapables d’influencer les marchés et généralement obligés d’accepter une petite part de la valeur de vente au détail du produit. D’autres acteurs qui ajoutent de la valeur à des étapes ultérieures de la chaîne d’approvisionnement, tels que les torréfacteurs, les grossistes et les grands détaillants, prennent une plus grande part des bénéfices.

En 2019, l’Organisation internationale du café (OIC) a fait état d’une baisse spectaculaire des prix du café, qui ont atteint leur niveau le plus bas en 15 ans, et des millions de caféiculteur·trices peinent à gagner leur vie et à faire vivre leur famille. Pour mettre en lumière la situation critique des producteurs de café et la nécessité d’une action collective, l’OIC a lancé un mouvement #coffeepledge et un appel sur les médias sociaux.

Le soutien de Oikocredit

Le prix, comme indiqué ci-dessus, est l’un des nombreux domaines dans lesquels les producteurs de café du Sud sont désavantagés. Les petits producteurs de café ruraux sont confrontés à des défis supplémentaires. Il s’agit notamment du manque d’accès au financement, en particulier pendant la période précédant la récolte, avant que les agriculteur·trices ne vendent leur récolte, ce qui peut rendre difficile pour eux d’investir pour maintenir et améliorer les rendements agricoles. Les arbustes d’arabica, par exemple, nécessitent un entretien minutieux et doivent être renouvelés après quelques années lorsque leur rendement diminue. Les petits exploitants sont également vulnérables aux fluctuations de prix résultant d’événements météorologiques saisonniers tels que les tempêtes ou les sécheresses, intensifiées par le changement climatique, et des chocs politiques ou économiques. De nombreuses exploitations de café sur des sols pauvres sont touchées par la rouille des feuilles du caféier, une maladie fongique qui réduit la floraison et la fructification et qui est difficile à éradiquer.

Pour Oikocredit, le café est un secteur clé, représentant les trois quarts du portefeuille agricole en Amérique centrale et une grande partie de notre travail avec des partenaires agricoles dans d’autres parties du monde. Nous soutenons nos organisations partenaires de producteurs — principalement des coopératives de café et des associations d’agriculteur·trices — avec des prêts, des fonds propres et un renforcement des capacités. Nos prêts permettent à nos partenaires d’effectuer des paiements anticipés à leurs membres, contribuant ainsi à financer les coûts d’entretien, de rénovation et de récolte des plantations, et à investir dans de meilleurs systèmes et équipements de traitement.

Dans le cadre de l’approche la plus récente de Oikocredit en matière de renforcement des capacités, nous aidons les organisations de petits producteurs de café à faire face à la volatilité des prix. Notre programme de gestion du risque de prix travaille avec les coopératives et associations de café d’Amérique latine pour renforcer leur capacité à faire face au risque de prix, notamment par le biais de conseils techniques, de systèmes d’information et de gestion améliorés, de stratégies de couverture financière et d’enseignement entre pairs. À ce jour, les partenaires dans le domaine du café en Amérique centrale et au Pérou ont participé au programme, et une autre phase du programme est prévue pour fin 2021 avec d’autres partenaires d’Amérique centrale.

La pandémie de Covid-19 a affecté les moyens de subsistance de nombreux petits agriculteur·trices de café. Les restrictions locales sur les déplacements ont rendu difficile pour les producteurs d’obtenir des mains supplémentaires pour la récolte, sur lesquelles beaucoup comptent au-delà des membres de la famille. La nécessité de prendre des mesures de biosécurité a imposé de nouveaux coûts aux organisations d’agriculteur·trices pour les masques et autres équipements sanitaires et de protection. Dans certains cas, le transport et l’exportation sont devenus plus difficiles, notamment en raison du manque de conteneurs disponibles pour expédier le café à l’étranger. Oikocredit a utilisé son fonds de solidarité contre le coronavirus dès 2020 pour aider certains partenaires dans le café à maintenir leur production et à faire face aux dépenses résultantes de la pandémie.

Du café durable

La durabilité est importante dans la chaîne d’approvisionnement du café. Se concentrer sur une production durable permet de réduire les risques pour les petits exploitants, car une production de café mal gérée peut entraîner un défrichement destructeur des forêts, une perte de biodiversité, une forte utilisation de produits chimiques, un épuisement des sols et un gaspillage de l’eau. Les faibles prix à la production et les partenariats commerciaux peu fiables peuvent nuire aux moyens de subsistance des petits exploitants et déstabiliser leurs familles et leurs communautés. En revanche, les approches durables dans le secteur du café garantissent une meilleure vie aux agriculteur·trices et une gestion attentive des écosystèmes naturels.

Lorsque les consommateurs choisissent de payer un peu plus pour du café équitable et durable, cela peut faire une grande différence pour les producteurs et l’environnement. Les systèmes de certification de la durabilité tels que Flocert (qui applique les normes établies par Fairtrade International) et Rainforest Alliance garantissent que les agriculteur·trices et les acheteurs suivent des règles définies. Les labels de certification garantissent que les méthodes de production et le bien-être des agriculteurs et agricultrices ont été contrôlés et vérifiés. Le versement de primes aux organisations de producteurs donne aux communautés de caféiculteur·trices de meilleures chances de prospérer aujourd’hui et dans le futur. Malgré tout, le café des petits exploitants peut être produit de manière responsable sans certification, ce qui peut représenter un défi pour les exploitants et leurs organisations en termes de temps et de ressources.

Une passion pour le café

Jose Augusto Cordón est le responsable principal des investissements de Oikocredit en Amérique centrale, basé à Guatemala City.

Il apporte de nombreuses années d’expérience et d’enthousiasme à son travail de soutien aux organisations de producteurs de café partenaires dans la région. José Augusto aime la saveur intense du café guatémaltèque et affirme :

« Le café est un sujet fascinant et tellement plus qu’un simple commerce. Il existe tellement de variétés, d’arômes et de goûts. Les méthodes de culture et de traitement varient énormément. Je ne me lasse pas de rendre visite aux producteur·trices de café et à leurs organisations dans différents pays et régions. Avec l’aide de Oikocredit, les producteur·trices et leurs communautés vivent mieux, et les consommateurs peuvent être sûrs que leur café n’est pas seulement délicieux, mais qu’il est aussi produit de manière durable et commercialisé équitablement. »

« Retour