Vous souhaitez investir ? Sélectionnez la région dans laquelle vous habitez.

Fermer la fenêtre
Suisse Romande Deutsche Schweiz

Quel est le rôle des associations de soutien?

Les associations de soutien en Europe ont été crées les unes après les autres dans divers pays, quelques années après la création d’Oikocredit en 1975, afin de soutenir les investissements "officiels" des Eglises à cette institution. Elles regroupent des membres bénévoles qui se sont donnés pour tâche la promotion d’Oikocredit International.

Oikocredit a deux associations de soutien en Suisse : Oikocredit Deutsche Schweiz et Oikocredit Suisse Romande. Les futurs investisseurs, privilégiant le français, sont invités à rejoindre l’association Suisse Romande. Cliquez sur votre région pour plus de renseignements sur la manière dont vous pouvez participer au sein de votre association locale de soutien.

Suisse Romande
Rechercher

Rapport trimestriel du 4ème trimestre 2021 : réalisations et reprise

Rapport trimestriel du 4ème trimestre 2021 : réalisations et reprise

faits et chiffres q4 21.png25 avril | 2022

Oikocredit publie quatre fois par an les chiffres clés du trimestre qui a précédé. Nous donnons donc ici et à ce titre à nos investisseurs et parties prenantes, un complément d’information sur les évolutions qui ont eu lieu au cours du quatrième trimestre de 2021.

Atteindre nos objectifs financiers

Le 4ème trimestre 2021 a conclu une année fructueuse pour Oikocredit. Notre résultat net au cours du trimestre a porté le résultat consolidé total de l’année à 15,3 millions d’euros, effaçant ainsi la perte de 22,2 millions d’euros de l’année 2020.

Le capital total s’est accru à 1.129 millions d’euros contre 1.125,4 millions d’euros au 3ème trimestre, reflétant une entrée nette de 3,6 millions d’euros au 4ème trimestre et de 24,9 millions d’euros sur l’année. Nous éprouvons toujours plus de reconnaissance envers nos membres et investisseurs pour leur fidélité et leur engagement. La valeur nette de l’actif par action est restée pratiquement inchangée à 213,58€ (3ème trimestre : 213,87€), tandis que le ratio de liquidité a été ramené à un niveau proche de ce qu’il était avant le Covid-19, soit à 21,5% (3ème trimestre : 31,2% ; 4ème trimestre 2020 : 33,1%). 

Les dépenses opérationnelles, qui sont restées dans les limites du budget, ont augmenté en raison du coût de développement et de finalisation de plusieurs initiatives de changement, parmi lesquelles la nouvelle stratégie. D’autres coûts ponctuels au cours du trimestre couvrent des paiements d’impôts dus par Maanaveeya, la filiale indienne de Oikocredit, ainsi que des cotisations de retraite. Notre portefeuille de placements à terme (obligations) a été impacté négativement par rapport au 3ème trimestre en raison de la hausse des taux d’intérêt. La perte de l’année s’élève à 4,3 millions d’euros au 4ème trimestre (contre 3,3 millions d’euros au 3ème trimestre).

Évolution du portefeuille

Notre portefeuille de financement du développement composé de prêts et de prises de participation s’est accru de 13,7%, passant de 875,8 millions d’euros au 3ème trimestre à 995,9 millions d’euros pour la période actuelle (4ème trimestre), car nous avons continué à répondre à la demande croissante de prêts émise par nos partenaires actuels et nouveaux. Sur l’ensemble de l’année, notre portefeuille a progressé de 17,8 %, contre 845,1 millions d’euros en 2020.

La qualité du portefeuille s’est améliorée : le ratio PAR 90 (part des encours impayés de plus de 90 jours) est passé de 6,1% à 5,5%, se maintenant en dessous de notre seuil cible de 6%, qui est acceptable. À la fin du 4ème trimestre, seuls cinq partenaires bénéficiaient encore de mesures temporaires de report de paiement du fait de la pandémie, ce qui représente 1,3% du portefeuille de financement du développement (10,7 millions d’euros) ; contre 12 partenaires, soit 2,5% de ce même portefeuille (18,6 millions d’euros) au 3ème trimestre de la même année. Les provisions pour pertes sur prêts couvrant capital et intérêts et la dépréciation des fonds propres sont passées au cours du 4ème trimestre de 10,7% à 9,7% du financement du développement.

Le nombre total de partenaires est passé de 527 à 517.

Parmi les projets pilotes de notre nouvelle stratégie 2022-2026 centrée sur les communautés, nous avons annoncé la mise en place d’une collaboration avec Opportunity International dans le but de développer et d’accompagner l’accès à une éducation abordable et de qualité en Afrique.

Performance sociale et renforcement des capacités

Pour ce qui est de la performance sociale, nous avons finalisé le rapport et tiré les enseignements de notre première enquête sur l’autoperception des clients. Plus de 2.500 clients de partenaires actuels et anciens ont répondu et indiqué qu’ils continuaient à faire preuve de résilience dans leur vie, même si beaucoup ont vu leurs revenus et leurs économies diminuer l’année dernière, principalement à cause du Covid-19. Beaucoup ont déclaré que les conditions météorologiques extrêmes avaient eu un impact sur leurs revenus. Enfin, l’enquête a également montré que le nombre de clients ayant accès à Internet et aux smartphones était plus élevé que prévu.

Les points forts de notre soutien au renforcement des capacités des partenaires au 4ème trimestre comprenaient : l’achèvement du projet de semis de thé pour 2.000 petits exploitants agricoles liés à notre partenaire Karongi Tea Factory au Rwanda ; le lancement de notre programme de gestion des risques de prix en Afrique avec 11 partenaires du café ; la promotion de l’entrepreneuriat grâce au lancement du programme Women Innovation for Sustainable Enterprise (WISE) avec cinq partenaires au Ghana et du projet Innovative Finance for Improved Livelihoods (IFIL) avec 37 exploitations agricoles au Kenya et en Ouganda ; la réalisation d’une étude de faisabilité pour des produits d’épargne à long terme au Cambodge ; la collaboration avec des pairs pour développer un outil d’évaluation de la performance sociale dans le domaine de l’agriculture et enfin, l’organisation d’un atelier de digitalisation pour six partenaires en Afrique de l’Ouest et d’un webinaire sur le parcours de protection des clients avec 11 partenaires d’Asie du Sud-Est.

Évolutions structurelles

Oikocredit a tenu sa toute première Assemblée Générale Extraordinaire (AGE) au 4ème trimestre 2021. Cette assemblée, qui s’est tenue principalement en ligne, a recueilli des retours positifs sur le nouveau modèle de levée de fonds de la coopérative et a permis de mieux comprendre la stratégie centrée sur les communautés prévue pour 2022-2026.

Le conseil de surveillance a nommé Mirjam 't Lam au poste de directrice générale de Oikocredit à compter du 1er décembre 2021. Mirjam avait auparavant occupé les postes de directrice générale par intérim et de directrice financière en charge de la gestion des risques. Le recrutement a commencé pour pourvoir son ancien poste et pour trouver un successeur à Bart van Eyk, directeur des investissements, qui avait annoncé son intention de quitter l’organisation (et qui est parti en février 2022).

Il y a également eu du changement au sein du conseil de surveillance, Maya Mungra ayant décidé de quitter son fauteuil au 31 décembre 2021. Gaëlle Bonnieux, membre du Conseil de Surveillance, lui succède en tant que Vice-Présidente. Plusieurs postes étant vacants au sein du conseil, le recrutement de nouveaux membres a commencé.

Au bureau d’Amersfoort aux Pays-Bas, le modèle de travail hybride alternant travail à mi-temps au bureau et au domicile, qui avait été instauré au 3ème trimestre, a été suspendu au 4ème trimestre parce que les contaminations au Covid-19 en Europe repartaient à la hausse.

Perspectives d’avenir

Les bons résultats de Oikocredit en 2021 constituent une base solide pour l’évolution future de notre coopérative dans un monde actuellement incertain. Grande est notre inquiétude pour le peuple ukrainien et pour toutes les personnes touchées par les conflits dans le monde. Nous condamnons tous les actes d’agression et de violence et nous maintenons notre vigilance quant à l’impact économique de la pandémie de coronavirus dans nos pays cibles.

Nous voulons continuer à faire preuve d’agilité pour répondre efficacement aux nouvelles opportunités et pour relever deux défis dans la transformation de notre modèle économique afin de toujours mieux servir nos investisseurs et partenaires et amplifier notre impact social auprès des bénéficiaires finaux. Le lancement et la mise en œuvre de la stratégie 2022-2026, au milieu de l’année 2022, doivent engendrer un changement positif. Celui-ci passe tout d’abord par la création d’un mouvement mondial d’investisseurs et par une approche plus globale du financement du développement, avec des projets qui aident les communautés à faible revenu à devenir plus résilientes dans des secteurs tels que le logement, l’éducation, la santé, l’eau et l’assainissement. Nous avons commencé à piloter quelques-uns de ces projets axés sur les communautés, qui intéressent beaucoup nos partenaires, et nous sommes impatients de poursuivre la mise en œuvre de cette démarche. Le deuxième changement consiste en un nouveau modèle de levée de fonds, qui sera proposé aux membres lors de la prochaine Assemblée générale en juin.

Plus d’informations seront disponibles dans le rapport annuel 2021 de Oikocredit à l’adresse www.suisse-romande.oikocredit.ch/rapports-annuels.

« Retour