Vous souhaitez investir ? Sélectionnez la région dans laquelle vous habitez.

Fermer la fenêtre
Suisse Romande Deutsche Schweiz

Quel est le rôle des associations de soutien?

Les associations de soutien en Europe ont été crées les unes après les autres dans divers pays, quelques années après la création d’Oikocredit en 1975, afin de soutenir les investissements "officiels" des Eglises à cette institution. Elles regroupent des membres bénévoles qui se sont donnés pour tâche la promotion d’Oikocredit International.

Oikocredit a deux associations de soutien en Suisse : Oikocredit Deutsche Schweiz et Oikocredit Suisse Romande. Les futurs investisseurs, privilégiant le français, sont invités à rejoindre l’association Suisse Romande. Cliquez sur votre région pour plus de renseignements sur la manière dont vous pouvez participer au sein de votre association locale de soutien.

Suisse Romande
Rechercher

Groupe Kompanion : offrir plus que le financement pour améliorer les conditions de vie

Groupe Kompanion : offrir plus que le financement pour améliorer les conditions de vie

KOMP-KG-41.jpg10 avril | 2017

Le groupe financier Kompanion est une banque kirghize de microfinance réellement différente. En plus des prêts, elle offre une formation spécialisée à ses clients pour leur permettre d'acquérir une connaissance entrepreneuriale et promouvoir l'agriculture durable.

Le groupe financier Kompanion allie capital et formation entrepreneuriale pour donner les moyens d’un avenir durable

Partenaire d’Oikocredit depuis 2007, le groupe financier Kompanion a été créé en 2004 pour fournir des prêts aux petits agriculteurs, éleveurs et bergers kirghizes. Mais Kompanion se démarque des autres banques car en parallèle des micro-prêts qu'elle octroie à ses clients, elle leur offre également un appui technique et une formation entrepreneuriale dans le but de promouvoir l'agriculture durable et la gestion des ressources naturelles.

Ulanbek Termechikov, PDG de Kompanion, explique la logique qui sous-tend cette approche novatrice. «Nous savons que l'économie de marché repose sur l'accès aux services financiers», explique-t-il. «Mais après l'effondrement de l'Union soviétique, c'est devenu compliqué pour la plupart des gens, en particulier dans les zones rurales où il n'y avait pas de banque du tout. De plus, les gens ne savaient pas ou ne voyaient pas comment cultiver de façon autonome. Dans ce contexte, il aurait été irresponsable de fournir uniquement du financement à nos clients. C’est pourquoi nous avons commencé en 2008 à leur apporter un appui technique ainsi qu’une formation entrepreneuriale».

Acquérir des connaissances grâce à la confiance

D'abord sceptiques, les clients de Kompanion ont vite perçu la valeur de ces sessions de formation. L'intérêt n'a cessé de croître et, au cours des cinq années suivantes, les experts agricoles de Kompanion ont dispensé plus de 12'000 sessions de formation à plus de 3'000 ménages dans la moitié des villages du Kirghizistan. Aujourd'hui, Kompanion emploie 32 agronomes et vétérinaires qui dispensent 10 sessions de formation chaque saison et fournissent du conseil ad hoc sur la gestion d'une petite exploitation agricole.

Ulanbek Termechikov, PDG de Kompanion, l’affirme : «Dès que les gens ont commencé à nous faire confiance et ont vu les résultats des projets, l'ensemble est devenu autonome. C’est important parce que l'un de nos objectifs est d’inscrire notre action dans la durée. Nous ne visons pas seulement le court terme.»

Un investissement à long terme pour la croissance

L'initiative Eco Garden est un programme qui forme en trois ans les clients à la production de pommes dans la région du lac Issy Kul. C'est un excellent exemple de la synergie entre finance et formation entrepreneuriale mise en place par Kompanion.

En 2008, Duishonbu Alybaer, 49 ans, a planté un verger dans le village de Chon Sary mais ses pommiers et ses abricotiers ne se sont pas développés. Lorsqu'il a entendu parler de l'Initiative Eco Garden, Duishonbu s’est rendu au bureau local de Kompanion pour en savoir plus. Il a alors rejoint un groupe de 30 agriculteurs qui se réunissaient pour partager leurs connaissances et leurs expériences, contracter des prêts et participer ensemble à des formations.

Kenesh Bukabaev est agronome chez Kompanion. Il a appris au groupe comment greffer les arbres pour obtenir de meilleures variétés, à choisir des arbres plus grands pour éviter l'érosion des sols et à laisser les branches se développer pour en améliorer la croissance.

Kenesh est également venu voir le verger de Duishonbu. Il lui a montré de nouvelles techniques agricoles, comme remplacer les pommiers par des abricotiers (qui poussent mieux sur sol rocheux), créer une pépinière, creuser des trous plus larges pour les jeunes plants et utiliser un engrais organique.

Favoriser des revenus durables

Au niveau des projets, les résultats sont également impressionnants. Nazgul Sygygalieva, 49 ans, et Abdul Sadaliev, 56 ans, ne sont que deux exemples parmi les milliers de clients qui ont bénéficié des sessions de formation de Kompanion.

Nazgul possède un élevage de 450 poules dans la ville de Balykchy. Elle est très fière du bâtiment qu'elle a construit avec l'aide de Talgarbek Asanakunov, un des vétérinaires de Kompanion. Avant d'être propriétaires de leur élevage, Nazgul, son mari et leur famille vivaient de leurs pommiers et de leurs animaux. Mais le coût des études supérieures pour les enfants est devenu une source d’inquiétude. Aujourd’hui, grâce à l'argent qu'ils gagnent en vendant leurs œufs, ils ont les moyens d'envoyer leurs cinq enfants étudier à Bichkek.

De son côté, Abdul a décidé de solliciter un prêt et de suivre une formation Kompanion le jour où il a comparé le bénéfice que son oncle dégageait de ses vergers de pommiers aux profits générés par l’élevage de son père. Il a reconverti son exploitation en remplaçant l’élevage par la culture de pommiers. Le succès est tel qu’aujourd’hui, toute sa famille cultive des pommes.

Une stratégie fondée sur les résultats

Kompanion dispose d’un système de mesure d'impact qui permet à la banque d’évaluer si elle atteint son objectif et améliore les conditions de vie de ses clients.

«Les données 2014 ont montré que près de la moitié des clients que nous soutenons à travers le capital et nos formations ont vu leurs conditions de vie s'améliorer», explique Ulanbek. «C'est un bon résultat. Cela signifie que notre action est positive et c'est ce qui nous pousse à en faire plus!»

Kompanion a reçu deux prêts d'Oikocredit: le premier en monnaie locale s’élève à 328’670’300 KGS (environ 4,5 millions d'euros) et le second à 1 million de US$.

« Retour