Vous souhaitez investir ? Sélectionnez la région dans laquelle vous habitez.

Fermer la fenêtre
Suisse Romande Deutsche Schweiz

Quel est le rôle des associations de soutien?

Les associations de soutien en Europe ont été crées les unes après les autres dans divers pays, quelques années après la création d’Oikocredit en 1975, afin de soutenir les investissements "officiels" des Eglises à cette institution. Elles regroupent des membres bénévoles qui se sont donnés pour tâche la promotion d’Oikocredit International.

Oikocredit a deux associations de soutien en Suisse : Oikocredit Deutsche Schweiz et Oikocredit Suisse Romande. Les futurs investisseurs, privilégiant le français, sont invités à rejoindre l’association Suisse Romande. Cliquez sur votre région pour plus de renseignements sur la manière dont vous pouvez participer au sein de votre association locale de soutien.

Rechercher

Thos Gieskes : nous avons révisé notre stratégie pour renforcer notre d’impact [interview]

Thos Gieskes : nous avons révisé notre stratégie pour renforcer notre d’impact [interview]

thos-1(srgb).jpg23 juin | 2018

En avril dernier, nous avons présenté nos résultats financiers et dévoilé la nouvelle stratégie d'Oikocredit. Thos Gieskes, notre Directeur général, nous en dit plus sur cette nouvelle approche : ce qui va changer, la nécessité de mieux cibler notre action, et la manière dont l'impact social reste au cœur d'Oikocredit.

Pourquoi Oikocredit a-t-elle révisé sa stratégie ?

Le travail d'Oikocredit est crucial et notre mission est plus pertinente que jamais. Nous avons la responsabilité de veiller à ce que notre coopérative fonctionne au mieux de ses capacités de manière à obtenir le plus grand impact social.

C’est pourquoi, comme toute organisation performante, nous nous adaptons au changement. Mais nous ne modifions pas notre ADN. Notre but est - et sera toujours - d’améliorer la vie des personnes à faible revenu.

En fait, nous affinons l'orientation de notre stratégie existante. En nous appuyant sur une analyse approfondie de la manière dont nous pouvions optimiser notre impact social, nous avons déterminé les secteurs et les régions sur lesquels nous allons nous concentrer.

Nous cherchons également à nous organiser plus efficacement et à développer nos capacités, aussi bien celles de notre organisation que celles de nos équipes.

Qu'est-ce qui vous a conduit à réviser la stratégie aujourd’hui ?

Le succès d'Oikocredit à ce jour s’est principalement construit sur le financement et le renforcement des capacités des organisations partenaires auxquelles aucune autre institution ne voulait accorder de crédit. Depuis, d'autres investisseurs et institutions octroient du financement. Ils ont suivi notre exemple et nous sommes fiers d'avoir montré le chemin aux autres. 

Mais il est temps pour Oikocredit d’aller de l’avant pour avoir un impact plus important sur la vie des personnes soutenues par nos partenaires.

Nous voulons continuer à ajouter de la valeur à nos organisations partenaires d'une manière originale par rapport aux autres investisseurs et institutions. Nous nous projetons comme l'investisseur qui place l’impact social réellement au premier plan et agit comme un catalyseur.

Que signifie être un catalyseur pour Oikocredit ?

C’est rassembler des intervenants qui sans cela ne rencontreraient pas, pour créer quelque chose de plus grand que la somme de ses parties.

Nous avons d'excellents exemples d’actions menées par Oikocredit dans ce sens. Regardez le projet de gestion du risque de prix sur lequel nous travaillons avec différents acteurs au profit des caféiculteurs d'Amérique latine. [article en anglais]

Grâce à nos réseaux dans le monde, à nos partenaires locaux, à notre histoire et à nos membres, nous sommes idéalement placés pour rassembler différents acteurs et d’impulser un changement positif.

Nous occupons également une position particulière parce que nos investisseurs ont une perspective à long terme, plus axée sur l'impact social que sur le rendement financier. Ils veulent que nous utilisions leur argent pendant un certain temps de manière à produire un changement dans le monde. Cela permet à Oikocredit d’avoir une approche unique qui place l’impact social au premier rang de ses priorités.

Quel est votre objectif avec cette nouvelle stratégie ?

Notre ambition est claire. Nous voulons nous concentrer sur l'amélioration de la vie des personnes à faible revenu dans les régions où les besoins et les opportunités sont les plus grandes. Nous voulons optimiser notre impact social tout en protégeant l'environnement et en générant une rentabilité financière équitable.

Nous voulons mener un changement positif, être le prêteur social et le partenaire de développement privilégié des organisations avec lesquelles nous travaillons. Nous voulons offrir à nos investisseurs la possibilité d’être partie prenante d'un mouvement mondial pour le changement social.

Pour mettre en cohérence notre organisation avec cette ambition, nous devons modifier nos régions d’intervention et changer notre manière de travailler. Nous devons être plus ciblés, plus efficaces et en capacité de renforcer notre rôle de catalyseur.

Le point majeur de la nouvelle stratégie est un plus grand ciblage. Cela signifie que nous n'allons plus nous éparpiller. Au lieu de cela, nous sélectionnerons soigneusement les régions d’intervention où nous avons la plus grande valeur ajoutée.

 

Quels changements seront apportés aux régions d’intervention d’Oikocredit ?

Nous sommes convaincus qu’Oikocredit peut atteindre le plus grand impact social en Afrique, en Asie et en Amérique latine.

C’est un pas difficile, mais cela signifie que nous n’interviendrons plus en Europe de l'Est et en Asie centrale. Cela a malheureusement des implications pour le personnel et les organisations partenaires et nous avons beaucoup travaillé pour les soutenir dans cette transition.

Nous irons au bout de nos engagements actuels, mais nous ne ferons pas de nouveaux investissements en Europe de l'Est et en Asie centrale.

Nous sommes extrêmement fiers de ce que nous avons accompli dans ces régions. Nos collaborateurs et nos organisations partenaires ont tous fait du bon travail et les progrès sont nombreux.

Nous avons également décidé de ne plus faire de nouveaux investissements dans un certain nombre d'autres pays, principalement en Afrique, où nous avons très peu de partenaires et identifions peu d’opportunités pour Oikocredit à ce stade.

Nous apportons ces changements car Oikocredit ne pouvait tout simplement pas continuer à travailler dans autant de pays. Nous avons donc dû faire des choix. Nous les avons faits en nous appuyant sur les études sérieuses que nous avons menées : en interne, en externe, en évaluant notre performance sociale et financière passée et en essayant de faire une projection sur l'avenir.

C'est pourquoi nous allons nous concentrer sur l'Afrique, l'Asie et l'Amérique latine, ce qui nous permettra de renforcer le changement positif créé par le travail d'Oikocredit.

Que pouvez-vous nous dire sur les secteurs cibles ?

Nous continuerons de travailler dans les secteurs de l'inclusion financière, de l'agriculture et des énergies renouvelables, dans lesquels notre expertise est la plus grande. Nous allons même intensifier notre travail dans ces secteurs dans le but d’optimiser notre impact social. Et comme toujours, nous devrons rester fidèles à nos décisions pour garantir la réussite de tous les plans. Cela implique que nous ne financerons aucun autre secteur en dehors de ces domaines ciblés.

En matière d'inclusion financière, nous renforcerons notre engagement auprès de nos partenaires de la microfinance et des banques qui accordent des prêts aux petites et moyennes entreprises pour les aider à augmenter leur valeur. Nous rechercherons également des partenariats en dehors des institutions financières traditionnelles, par exemple avec des sociétés fintech qui ciblent les communautés mal desservies avec des technologies financières innovantes.

Le secteur de l'agriculture n’est pas le même partout dans le monde, mais nous allons nous concentrer sur les cultures clés dans chaque région. Dans ce cadre, nous utiliserons notre expertise pour mieux soutenir nos partenaires agricoles et les petits agriculteurs qu'ils servent.

En matière d'énergies renouvelables, nous concentrerons nos investissements là où les avantages sont évidents pour les communautés locales et là où Oikocredit peut apporter une réelle valeur ajoutée. Nous nous concentrerons sur les projets à impact social optimal, en particulier les projets d'énergie solaire hors réseau, les projets d'infrastructure sélective en réseau et la cuisson non polluante.

 

Quelles sont les prochaines étapes ?

Nous voulons d'abord mettre en œuvre le plan d’action dans toute l'organisation, ce qui nous aidera à accomplir notre mission de manière efficace. Ensuite, nous étudierons les meilleurs moyens de simplifier notre organisation et d'en accroître l'efficacité.

Nous voulons être sûrs que nous utilisons au mieux nos ressources.

Nous pensons être proches de nos partenaires grâce à un réseau de bureaux locaux, ce qui nous différencie de nos concurrents. Nous évaluons la manière dont nous pouvons améliorer cette configuration pour mieux servir nos partenaires, à la fois par l'intermédiaire de nos bureaux locaux et de notre bureau central.

Nous voulons achever le travail sur l’efficacité et la simplification dans un délai court, tout en restant concentrés sur nos engagements à long terme. Cela fait partie d'un effort continu pour optimiser notre impact social et la valeur ajoutée que nous pouvons apporter en jouant ce rôle de catalyseur.

Dans notre vision à long terme, Oikocredit est flexible et agile. De cette façon, nous pouvons continuer de répondre à l’évolution des environnements et aux besoins des personnes dont nous voulons améliorer la vie. Naturellement, cela signifie que nous continuerons d'investir dans nos employés, nos processus et nos systèmes.

Le but ultime est de devenir le prêteur social privilégié pour nos investisseurs, nos collaborateurs, nos partenaires et - surtout - pour les personnes à faible revenu soutenus par nos partenaires. C'est un objectif vers lequel nous devons tous vouloir tendre.

« Retour