Vous souhaitez investir ? Sélectionnez la région dans laquelle vous habitez.

Fermer la fenêtre
Suisse Romande Deutsche Schweiz

Quel est le rôle des associations de soutien?

Les associations de soutien en Europe ont été crées les unes après les autres dans divers pays, quelques années après la création d’Oikocredit en 1975, afin de soutenir les investissements "officiels" des Eglises à cette institution. Elles regroupent des membres bénévoles qui se sont donnés pour tâche la promotion d’Oikocredit International.

Oikocredit a deux associations de soutien en Suisse : Oikocredit Deutsche Schweiz et Oikocredit Suisse Romande. Les futurs investisseurs, privilégiant le français, sont invités à rejoindre l’association Suisse Romande. Cliquez sur votre région pour plus de renseignements sur la manière dont vous pouvez participer au sein de votre association locale de soutien.

Suisse Romande
Rechercher

C'est équitable quand tout le monde en profite

C'est équitable quand tout le monde en profite

Athanas Matheka co-fondateur de Greenforest Foods Limited au Kenya lors du roadshow Oikocredit 2019.04 février | 2020

Une fois par année, Oikocredit emmène un ou une de ses partenaires dans un roadshow à la rencontre d’investisseuses et d'investisseurs. En 2019, c'était le tour d'Athanas Matheka, co-fondateur de Greenforest Foods Limited au Kenya.

Qu'est-ce que le commerce équitable pour vous, M. Matheka ?

Athanas Matheka : Selon moi, la connaissance est un élément essentiel du commerce équitable. Les questions les plus importantes des productrices et producteurs sont : comment puis-je produire de bons produits recherchés par les clientes et clients et comment puis-je faire parvenir ces produits aux gens ? Celles et ceux qui veulent agir équitablement doivent informer et éduquer. Si les agricultrices et agriculteurs étaient mieux informé.e.s, ils et elles en bénéficieraient davantage. Le commerce équitable signifie également aider les productrices et producteurs à fournir des produits de bonne qualité.

Nous faisons du commerce équitable à notre façon. Nous connaissons chacune et chacun de nos productrices et producteurs et nous les rémunérons individuellement, nous savons donc que l'argent leur arrive. Le jour de la collecte, nous pesons les arachides et dès que le camion est plein, nous les payons immédiatement via le service de paiement mobile M-Pesa. Ils et elles n'ont pas besoin d'un compte bancaire : très peu de personnes au Kenya en ont un mais presque tout le monde a un téléphone portable.

Athanas Matheka co-fondateur de Greenforest Foods Limited au Kenya lors du roadshow Oikocredit 2019.

Quelle est votre contribution au commerce équitable en tant qu'entrepreneur ?

Athanas Matheka : Nous nous engageons à produire, de manière durable, des aliments sains et nutritifs pour les consommatrices et consommateurs, à rendre notre travail transparent pour toutes les personnes impliquées, à payer équitablement et à créer un environnement de travail sûr pour les employé.es. Nous convenons d’un prix avant récolte avec les agricultrices et agriculteurs, afin que chaque personne décide si elle veut travailler avec nous ou non.

La certification FAIRTRADE serait-elle un objectif souhaitable pour votre entreprise ?

Athanas Matheka : les labels biologiques et équitables seraient un avantage. Pour nous, ce serait un atout commercial. Lors de mon voyage, j'ai été approché par quelques petites entreprises en Allemagne. Le marché est prêt, mais pas les productrices et producteurs qui produisent de petites quantités et ont du mal à joindre les deux bouts. Jusqu'à présent, je ne me suis informé que sur la certification biologique. C'est compliqué et coûteux pour une petite entreprise comme la nôtre et chaque productrices ou producteur doit être certifié.e. Ce n'est pas possible sans soutien.

À quoi devez-vous faire face en tant que petite entreprise ?

Athanas Matheka : Nous produisons du miel, de la cire d'abeille et des arachides. Le commerce équitable signifie également que tout le monde doit avoir un accès égal au marché. Ce n'est pas le cas. Nous dépendons du gouvernement et notre miel n'est actuellement pas autorisé à être exporté vers l'Europe car il n'existe pas, au Kenya, de « plan national de surveillance des résidus » pour l'exportation.

L'apiculture au Kenya est une alternative écologique à l’élevage de bétail qui pollue l'environnement, endommage le sol et provoque des conflits dans la plupart des régions, car les ressources telles que l'eau et les pâturages se raréfient du fait du changement climatique. De plus, l'abeille africaine est résistante, non sujette aux maladies et aux épidémies et nous n'utilisons pas d'antibiotiques. Nos échantillons de cire d'abeille ont été analysés en Allemagne et sont sans danger pour l’alimentation.

Que signifie, pour Greenforest Foods, la coopération avec Oikocredit ?

Athanas Matheka : Nous avons rencontré Oikocredit quand nous en avions le plus besoin. La coopérative nous a fourni le financement dont nous avions un besoin urgent en 2014. Personne d'autre ne voulait nous soutenir sans réelles garanties. En 2015, trois de nos principaux clients ont fait faillite et nous avons perdu 40'000 €. Oikocredit a alors prolongé notre prêt pour nous aider à nous remettre sur pied. Depuis, nous avons pu acheter de nouvelles machines, augmenter le nombre de nos employé.e.s de 10 à 39, gagner plus de partenaires tout au long de la chaîne de valeur et plus de clientes et clients, dont deux détaillants internationaux, une compagnie aérienne régionale et une chaîne de restaurants.

En savoir plus sur Greenforest

« Retour