Vous souhaitez investir ? Sélectionnez la région dans laquelle vous habitez.

Fermer la fenêtre
Suisse Romande Deutsche Schweiz

Quel est le rôle des associations de soutien?

Les associations de soutien en Europe ont été crées les unes après les autres dans divers pays, quelques années après la création d’Oikocredit en 1975, afin de soutenir les investissements "officiels" des Eglises à cette institution. Elles regroupent des membres bénévoles qui se sont donnés pour tâche la promotion d’Oikocredit International.

Oikocredit a deux associations de soutien en Suisse : Oikocredit Deutsche Schweiz et Oikocredit Suisse Romande. Les futurs investisseurs, privilégiant le français, sont invités à rejoindre l’association Suisse Romande. Cliquez sur votre région pour plus de renseignements sur la manière dont vous pouvez participer au sein de votre association locale de soutien.

Suisse Romande
Rechercher

Rapport trimestriel : Résister à la crise

Rapport trimestriel : Résister à la crise

faits et chiffres.png06 juillet | 2020

Quatre fois par an, Oikocredit publie les chiffres clés du trimestre précédent. Nous fournissons ici à nos investisseurs et aux personnes intéressées des informations supplémentaires.

Le travail d’Oikocredit au premier trimestre de cette année a été affecté par le déclenchement de la pandémie de coronavirus (Covid-19). Nous avons donc dû adapter nos plans et nos prévisions. En mars, nous avons reporté la croissance prévue de notre portefeuille de financement du développement, réduit le refinancement et suspendu le versement de prêts à de nouvelles organisations partenaires. Nous nous concentrons maintenant sur le soutien à nos partenaires : pour les aider à faire face à la crise, nous leur accordons des délais de remboursement plus longs ou même nous leur fournissons des liquidités supplémentaires malgré les risques accrus. La croissance du portefeuille tend à être relativement lente au début de chaque année civile. Mais, nous pouvons déjà constater les premiers effets de la crise du coronavirus à travers une baisse marginale de 4,4 % des prêts et investissements à 1’017,4 millions d’euros. 

Afin de protéger les investissements de nos membres et investisseurs, nous évaluons l’impact éventuel sur la valeur de notre portefeuille de financement du développement. Cependant, il est encore trop tôt pour avoir des certitudes car dans de nombreux pays où nous travaillons, les effets macroéconomiques à moyen terme sont difficiles à envisager. En coopération avec nos associations de soutien, nous sommes en contact régulier avec nos investisseurs pour leur expliquer nos activités et recueillir leurs préoccupations.

Dans l’ensemble, les résultats financiers d’Oikocredit pour le premier trimestre 2020 ont été inférieurs à ce que nous avions prévu au début de l’année. Nous avons constaté une augmentation du portefeuille à risque, mesuré par le PAR 90 (le pourcentage du portefeuille de crédit présentant des retards de paiement de plus de 90 jours) qui est passé de 5,4 % au quatrième trimestre 2019 à 6,8 %, principalement chez des partenaires qui éprouvaient déjà des difficultés à respecter les échéances de remboursement. Alors que le capital social a enregistré une augmentation importante (2,0 % à 1’152,8 millions d’euros), l’entrée de capitaux a ralenti et les demandes de rachat ont légèrement augmenté. La valeur de notre portefeuille d’investissements à terme (obligations) - la part de l’actif total utilisée pour la gestion des liquidités - a diminué, car les marchés des euro-obligations ont réagi à l’incertitude financière causée par la pandémie. Si l’effet de ces pertes non réalisées sur notre portefeuille d’obligations a été bien moins sévère que ce que nous avons pu constater sur les marchés boursiers, la baisse de quelques points de pourcentage de ce portefeuille est toujours significative pour Oikocredit. Nous avons reçu des dividendes en actions mais avons subi des pertes de réévaluation sur nos titres de participation. La valeur liquidative par action a légèrement diminué, passant de € 214,41 à € 213,30.

Sur une note positive, les liquidités nettes ont augmenté, passant de 19,6 % des actifs à la fin de l’année 2009 à 21,1 %. Et nos coûts de fonctionnement ont diminué, avec le report de l’embauche de personnel supplémentaire et la réduction des dépenses liées aux voyages. Nous avons engagé des frais pour adapter les locaux et pour soutenir les collaboratrices et collaborateurs travaillant à domicile et il se peut que nous ayons à supporter d’autres coûts pour des investissements en informatique ou des frais juridiques au cours du reste de l’année. Nous suivons de près l’évolution de la situation et nous nous préparons à répondre à des difficultés économiques encore plus graves auxquelles nos partenaires seront presque certainement confrontés d’ici peu.

Soutien aux partenaires

Oikocredit considre qu’une grande partie des personnes à faible revenu soutenues par nos partenaires seront durement touchées par les effets délétères du Covid-19. Nos équipes dans le monde entier travaillent en étroite collaboration avec nos plus de 600 partenaires pour évaluer la situation et proposer un soutien lorsque nous le pouvons. Par exemple, pour garantir la continuité opérationnelle et le plan de liquidité, nous organisons des visioconférences entre partenaires afin qu’ils puissent partager leur expérience et nous avons mis en place un fonds de solidarité. Avec d’autres investisseurs à impact social, nous nous sommes mis d’accord sur les principes d’une réponse commune visant à soutenir nos partenaires et les communautés à faible revenu qu’ils servent.

En savoir plus sur les activités d’Oikocredit pour contrer la crise du coronavirus.

Perspectives d’avenir 

Grâce à la restructuration d’Oikocredit fin 2019, notre organisation s’est allégée et est devenue plus efficace ; nous avons entamé le premier trimestre en position de force. Toutefois, comme la crise du coronavirus continue d’avoir des répercussions dans le monde entier et en raison du décalage dans le temps, nous prévoyons que le ralentissement économique des prochains mois entraînera de graves difficultés financières pour certains de nos partenaires. Les plus vulnérables sont susceptibles de manquer à leurs obligations et/ou de devoir restructurer leurs remboursements. Nous anticipons de nouvelles dépréciations des participations ainsi qu’une baisse des revenus, et constituons de ce fait des provisions plus importantes pour les pertes sur prêts. Le portefeuille à risque (PAR) devrait encore augmenter.

En raison de ces effets économiques à moyen terme, il est désormais peu probable que soient atteints les objectifs financiers et de croissance que nous avions fixés pour 2020. Notre objectif est donc d’assurer la continuité, de continuer de suivre les évolutions et d’y répondre. Nous travaillerons en étroite collaboration et sur une base régulière avec nos investisseurs et partenaires afin de gérer la crise le plus efficacement possible. Et nous nous efforcerons d’apporter à nos partenaires le soutien durable dont ils ont besoin pour continuer d’assister les populations à faible revenu.

Linked documents
TitreFilesizeMIME-type
FR Oikocredit in Q1-2020.pdf926.2 kBapplication/pdftélécharger

« Retour