Vous souhaitez investir ? Sélectionnez la région dans laquelle vous habitez.

Fermer la fenêtre
Suisse Romande Deutsche Schweiz

Quel est le rôle des associations de soutien?

Les associations de soutien en Europe ont été crées les unes après les autres dans divers pays, quelques années après la création d’Oikocredit en 1975, afin de soutenir les investissements "officiels" des Eglises à cette institution. Elles regroupent des membres bénévoles qui se sont donnés pour tâche la promotion d’Oikocredit International.

Oikocredit a deux associations de soutien en Suisse : Oikocredit Deutsche Schweiz et Oikocredit Suisse Romande. Les futurs investisseurs, privilégiant le français, sont invités à rejoindre l’association Suisse Romande. Cliquez sur votre région pour plus de renseignements sur la manière dont vous pouvez participer au sein de votre association locale de soutien.

Suisse Romande
Rechercher

La microfinance pourrait-elle aider à éviter qu’une crise sanitaire ne se transforme en crise alimentaire encore plus grave ?

La microfinance pourrait-elle aider à éviter qu’une crise sanitaire ne se transforme en crise alimentaire encore plus grave ?

CLECA-RW-20.jpg06 août | 2020

Les Nations Unies (ONU) ont récemment publié un rapport estimant que 130 millions de personnes supplémentaires pourraient être confrontées à la faim en 2020 en raison de la pandémie de Covid-19.

Le rapport de l’ONU se concentre sur le suivi des progrès vers l’élimination de la faim et inclut la contribution de plusieurs organisations, telles que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Ces organisations reconnaissent de plus en plus l’impact dévastateur de la pandémie sur les communautés les plus pauvres et les plus vulnérables d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine. Même avant l’épidémie de Covid-19, 135 millions de personnes dans le monde étaient confrontées à une faim aiguë [1]. L’épidémie de coronavirus crée une crise alimentaire en plus de la crise sanitaire, ce qui peut conduire les gens à mourir de malnutrition.

La distanciation sociale et les chaînes d’approvisionnement perturbées nuisent au commerce international du café et du cacao. Mais nous ne devons pas oublier que les agriculteurs qui cultivent leur propre nourriture et vendent leurs excédents aux communautés environnantes constituent la colonne vertébrale de l’approvisionnement alimentaire dans de nombreux pays en développement. Selon le rapport de l’ETC Group, environ 70 % de la population mondiale est alimentée par de petits producteurs. Les marchés étant fermés et les agriculteurs ayant des difficultés à obtenir le crédit nécessaire pour la préparation des terres et l’achat de semences, ils courent le risque de souffrir de la faim et de ne pas pouvoir répondre aux besoins du marché local. Comme nous le savons par le passé, les personnes en situation d’insécurité alimentaire sont plus susceptibles de quitter les zones rurales et de commencer à chercher de meilleures perspectives dans les villes. Cette tendance pourrait favoriser une propagation plus conséquente du virus. La perturbation des chaînes d’approvisionnement locales et la baisse de la production ont déjà entraîné une augmentation du prix des denrées alimentaires pour des cultures stables comme le riz et le maïs sur de nombreux marchés locaux.

Début mai, des collègues d’Oikocredit au Nigéria ont rapporté que les rues étaient remplies de personnes manifestant contre le confinement et exigeant une aide alimentaire du gouvernement. C’était différent de l’Europe où, à peu près à la même époque, nous avons vu des protestations de personnes estimant que leur liberté avait été restreinte. Dans les pays en développement, les gens ne craignent pas seulement de mourir du virus, mais aussi de mourir de faim.

L’aide alimentaire et le soutien des gouvernements sont essentiels pour les plus vulnérables, mais le soutien est également nécessaire pour les institutions de microfinance qui peuvent jouer un rôle important dans cette crise.

Comment le secteur de la microfinance fait-il partie de la solution ?

Environ un tiers des clients finaux des institutions de microfinance que nous finançons sont des agriculteurs des zones rurales. Pendant des années, Oikocredit a favorisé les organisations qui ont une part importante de leurs prêts auprès des petits agriculteurs pour fournir les fonds nécessaires à la prochaine récolte. Il s’agit souvent de prêts à court terme de quelques mois, que les agriculteurs utilisent pour acheter des semences, des engrais et payer la préparation des terres. Ils remboursent le prêt sur ce qu’ils gagnent après avoir vendu leurs produits à leurs voisins et sur les marchés locaux.

CLECA-RW-20.jpg

De nombreuses institutions de microfinance soutenues par Oikocredit sont relativement petites. Même avant l’épidémie de Covid-19, il leur était difficile d’obtenir les capitaux nécessaires pour accorder des prêts à ces agriculteurs. Dans la crise actuelle, obtenir de nouveaux financements pour eux est encore plus difficile. Les banques centrales développent des programmes pour soutenir le secteur bancaire formel, cependant, les petites IMF non réglementées ne sont presque jamais admissibles à ce soutien.

Avec son réseau local de bureaux dans les pays en développement, Oikocredit connaît ces organisations, travaille avec elles depuis plusieurs années et continuera à les soutenir. Continuer à soutenir nos partenaires pendant cette crise n’est pas seulement important pour les IMF, mais c’est encore plus important pour les clients finaux qu’ils servent. Par exemple, Oikocredit a fourni un investissement supplémentaire à un partenaire de longue date en Afrique de l’Ouest, une petite IMF du nord du Mali à forte vocation rurale. L’investissement supplémentaire de 400 000 € servira à financer les petits exploitants horticoles et les producteurs de céréales qui sont occupés à préparer leurs exploitations avant la prochaine saison des pluies. Ce partenaire dispose de peu de sources de financement alternatives pour répondre aux demandes de financement de ses membres, la Banque Nationale de Développement Agricole (BNDA), principal bailleur de fonds de l’IMF, réduisant ses engagements pour cette année. Les clients finaux n’auront pas d’autre choix vers qui se tourner pour obtenir le financement nécessaire pour subvenir aux besoins de leur famille. Avec le soutien d’Oikocredit, notre partenaire sera en mesure de fournir des crédits à plus de 2000 familles d’agriculteurs dans les régions rurales du Mali.

Notre travail ces jours-ci se concentre sur la santé financière de nos partenaires et leur fournir l’aide nécessaire pour surmonter la tempête. La manière dont nous agissons aujourd’hui et le soutien que nous fournissons ont des conséquences considérables pour le présent et l’avenir. En apportant un soutien solide et continu à nos partenaires, nous aidons à notre tour les personnes à faible revenu à avoir de la nourriture sur la table et, en fin de compte, nous aidons à éviter qu’une crise sanitaire ne se transforme en crise alimentaire.

Écrit par Hans Perk, directeur régional d’Oikocredit pour l’Afrique

 

[1] www.wfp.org/publications/2020-global-report-food-crises

« Retour